Actualité

Naftal présente deux communications au 24ème Congrès Mondial du Gaz naturel

La capitale d’Argentine, Buenos Aires, a accueilli pour la première fois du 05 au 09 octobre 2009, le 24ème Congrès mondial du gaz naturel organisé tous les trois ans par l’Union Internationale du Gaz (IGU) et auquel ont pris part différents acteurs énergétiques ainsi que des représentants de gouvernements et d’organisations internationales (Scientifiques et professionnels de l’industrie gazière) d’environ 68 pays. Cet événement planétaire a connu une participation algérienne représentée par le Ministre de l’Energie et des Mines, monsieur Chakib Khelil, des cadres supérieurs du Ministère et des différentes entreprises du secteur.

Pour sa part Naftal, a été représentée par Messieurs Said Akretche et Samir Houghlaouene respectivement Président Directeur Général et chef de département SPE (Stratégie, Planification et Etudes) qui ont présenté deux (02) communications portant sur « Role of LPG in satisfaction of energy needs in the Algerian domestic and transportation sector » et « Prospects for the Developpment of Natural Gas Vehicule (NGV) in Algeria » .

C’est sous le thème «The Gobal Energy Challenge : Reviewwing the Strategies for Natural Gas» que le coup d’envoi de cette manifestation a été donné par la Présidente de l’Argentine, Mme Christina Fernandez de Kirchner qui a rappelé l’importance du gaz naturel comme source d’énergie pour le soutien de la croissance économique mondiale et aussi comme réponse aux problèmes climatiques. Madame la Présidente a rappelé « qu’il est vital de développer l’industrie gazière mondiale par des efforts d’investissements dans tous les maillons de la chaîne».

Pour l’Union Internationale du Gaz (IGU), L’objectif recherché à travers cette rencontre est d’établir un équilibre constructif entre la sécurité de l’approvisionnement et la demande, soutenir l’intégration d’un marché régional du gaz, contribuer à une utilisation plus efficace de l’énergie, présenter des solutions pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, assurer des opérations sûres et responsables écologiquement et enfin soutenir la recherche et le développement.

Cette manifestation a connu plus de 500 participants et des exposants qui ont à leur tour présenté leurs activités, leurs identités ainsi que leurs domaines d’intervention.

Cette édition, tournée vers un avenir en énergie propre, a traité des thèmes portant sur les défis auxquels l’industrie gazière est confrontée et ce, à travers des Keynotes, des panels (sessions plénières), des sessions techniques (working committee « WOC », Program Committees « PGC » & Task Forces « TF ») et enfin une session spéciale dédiée au programme triennal 2009 – 2012 de l’IGU.

Trois principaux thèmes ont marqué les travaux de ce congrès. Le premier est relatif au « Défi énergétique global avec l’examen des stratégies pour le gaz naturel jusqu’au 2030». Le deuxième a concerné « La contribution de l’industrie du gaz naturel, en termes de sécurité d’approvisionnement, sécurité et environnement ». Le troisième a traité « L’intégration au marché régional du gaz, en tant que moteur essentiel de la croissance économique durable ».

Ainsi, les intervenants ont présenté les meilleures pratiques en usage dans les domaines liés à l’amont, à l’aval, au GNL et aux aspects relatifs à la protection de l’environnement et au développement durable. Dans cette optique écologique, des avancées technologiques ont fait également l’objet de ce congrès, parmi elles la récupération et le stockage de CO2, la technologie GNL et les techniques de gestion des réseaux intégrés du gaz naturel.

Pour ce qui est de la participation Algérienne, deux objectifs ont été fixés visant d’une part, à montrer le rôle des GPL et du GNV dans la satisfaction des besoins énergétiques en Algérie et les efforts consentis dans ces domaines et d’autre part, à se familiariser avec les expériences des autres pays dans le domaine du gaz en général et des GPL et du GNV en particulier.

Au cours de son intervention au panel 3, le Ministre de l’Energie et des Mines, monsieur Chakib Khelil, a confirmé l’engagement de l’Algérie à approvisionner le marché mondial du gaz, si un système de prix rémunérateur est mis en place.

Selon le premier responsable du secteur, cette visite a été aussi l’occasion pour l’Algérie de « promouvoir la participation des compagnies internationales et les acteurs de l’industrie gazière à la 16ème Conférence Internationale du gaz naturel liquéfié (GNL16) qui aura lieu à Oran du 18 au 21 avril 2010».

Par ailleurs, il a souligné le rôle du Forum des pays exportateurs de Gaz (GECF) dans la promotion du dialogue entre les pays producteurs et les pays consommateurs.

C’est dans ce contexte qu’une communication intitulée « Sonatrach : Strategic Approach in LNG Global Market » a été présentée par le Vice-président Aval, monsieur A.Feghouli, dans laquelle il a rappelé les efforts consentis par Sonatrach dans ce domaine.

Naftal a eu, pour sa part, une participation active dans le congrès à travers deux présentations assurée par son Président Directeur Général, Monsieur Saïd Akretche, et par Monsieur Samir Houghlaouene intitulée «Role of LPG in satisfaction of energy needs in the Algerian domestic and transportation sector».

Cette communication a mis en relief l’importance de l’utilisation de toutes les ressources disponibles pour satisfaire la demande énergétique algérienne, dans une optique de rationalité et de protection de l’environnement.

La deuxième communication du premier responsable de l’entreprise a porté sur un autre axe de la politique énergétique algérienne à savoir le développement du Gaz Naturel Véhicule (GNV) «Prospects for the Developpment of Natural Gas Vehicule (NGV) in Algeria».

Monsieur Akretche a indiqué lors de son intervention que le programme 2007-2025 permettra l’émergence progressive du GNV dans le mix carburants en Algérie.

Il est à rappeler enfin que le gaz naturel prend une part de plus en plus importante dans les bilans énergétiques, grâce à son utilisation dans la production de l’électricité, d’autant plus qu’il est devenu aussi important que le pétrole, en plus du fait qu’il soit actuellement l’énergie la moins polluante des énergies fossiles représentant plus de 20% de la consommation mondiale en énergie un taux qui peut doubler en 2030.